Brigitte Garcia/ 'COLOURS

L’écriture de ma vie, c’est mon rapport au monde, aux autres et à moi-même au fil du temps. Le monde et ses actualités nous présentent, chaque jour, par son flot d’images, le monde de tous les dangers, attentats, guerres, dérèglements climatiques, crises financières, politiques, sociétales, pandémie et confinements....

Pendant les confinements, mon travail se focalisera sur l’effacement, effacement de mes repères personnels bousculés par la maladie d’Alzheimer de ma mère mais aussi effacement du monde d’avant la pandémie. Ces bouleversements, tant personnels que collectifs, vont impacter ma peinture. Mes peintures-palimpsestes, jusqu’alors tournées vers le passé, vers l’intérieur, vont pulvériser cette chape de plomb pour se tourner vers l’extérieur et laisser éclater les « Couleurs » du présent.

Je crée depuis de nombreuses années des peintures-palimpsestes ; chacune renfermant dans la matière le patrimoine, seules quelques traces restant visibles sur la dernière couche. Pendant les confinements, s’est posée la question de ce que nous allions garder du monde d’avant et de ce que nous allions effacer. Pendant deux ans, je vais effacer, effacer les mots, les langages, les formes, les couleurs, les habitudes, les souvenirs, les compromissions.... Je vais poncer, laver, brûler, arracher, déchirer, exhumer....jusqu’à atteindre «le silence rétinien » 1. Faire table rase pour mieux reconstruire ou tout simplement construire !! Ma recherche se radicalise. Cette série « Couleurs » se crée comme une évidence ; il n’y a plus d’hésitations, ne subsistent que des priorités qui ne transigent pas avec le temps. Un monde nouveau est né ; le passé est derrière nous, seul compte le présent. CARPE DIEM


79 views0 comments

Recent Posts

See All